Provence Energie Citoyenne

Centrales Hydroélectriques : L’avis du CIPRA

0 Partages

La CIPRA est la Commission Internationale pour la Protection des Alpes.

C’est une organisation faîtière à but non lucratif, non gouvernementale et indépendante qui œuvre depuis 1952 pour la protection et le développement durable des Alpes.

Avec son secrétariat international basé au Liechtenstein, ses représentations dans sept pays alpins et sa centaine d’organisations et d’institutions membres, la CIPRA constitue aujourd’hui un réseau alpin de premier plan.

Voici sa position sur l’hydroélectricité :

« L’extension et/ou la modernisation des centrales hydroélectriques existantes peut permettre d’accroître massivement leur rentabilité à court terme.

On a constaté que la modernisation de certaines centrales avait permis de tripler la production d’électricité, et que la situation écologique avait pu être améliorée grâce à des mesures d’accompagnement appropriées.

De telles améliorations ont la priorité sur la construction de nouvelles centrales, qui ont un impact négatif sur la nature et le paysage.

La comptabilité environnementale de toutes les actions de rénovation doit être contrôlée ou garantie ou, si les interventions sont inévitables, compensée conformément à la directive cadre sur l’eau de l’UE et aux législations nationales.

Les parties contractantes de la Convention alpine sont exhortées à revoir leurs législations relatives en matière de promotion du courant vert.

Ces dispositions doivent être modifiées de manière à encourager davantage l’amélioration de l’efficience et l’optimisation des centrales hydroélectriques existantes, et à ne pas subventionner des constructions nouvelles portant préjudice à l’environnement.

En conclusion : il faut améliorer l’efficacité des centrales hydroélectriques existantes plutôt que construire de nouvelles centrales ! »

 

Retrouvez le texte sur : http://www.cipra.org/fr/climat-energie/positions-de-la-cipra